Ville de Dinant
EXPOSITION  

Carte Blanche à Dimitri Pichelle

Dinant – CCRD – Salles d’Exposition

Du Sa 18|11 au Di 17|12|2017

Exposition

Du Lu au Ve – 8h30 > 12h00 et 13h00 > 17h00

Les Sa et Di – 13h30 > 17h00

Entrée libre

Organisation CCRD

Dimitri Pichelle sera présent les Sa et Di – 13h30 > 17h00

 

Artiste plasticien belge né à Namur en 1975, formé à l’Académie des Beaux-Arts de Bruxelles et présent dans de nombreuses galeries belges, hollandaises et françaises, Dimitri Pichelle est un de ces artistes capables de s’affranchir des règles, de bousculer les habitudes et les conventions. Bref, de pousser les arts plastiques dans leurs derniers retranchements. A mi-chemin entre la peinture et la sculpture, son parcours traduit une volonté de communication dynamique avec les visiteurs. Notamment par le biais du rapport tactile avec ses œuvres. "Le tactile amène un ressenti différent. Il permet d'initier un contact avec le public, d'amener une discussion".

Ses recherches plastiques s'articulent autour de compositions et superpositions de bois et de résine, finement travaillées, peintes à l'huile. Sculpture, bas-relief et œuvre picturale, son imagination donne 1.000 formes à la matière. "Plus mon travail a évolué dans le temps, plus j’ai été attiré par le relief".

Artiste foisonnant, Dimitri Pichelle convoque les matières comme le peintre les couleurs, le sculpteur les volumes, le musicien les sons. Ses œuvres accumulent les matériaux les plus divers, du papier de soie au métal, en ayant recours à différentes techniques: collage, empreinte, incrustation. Boucliers, totems, stèles, strates, il explore un répertoire de formes et d’émotions en jouant sur la juxtaposition et le choc que peuvent provoquer les oppositions de matériaux. Tantôt, il module l’espace entre les parties de l’œuvre pour lui donner plus de présence, tantôt, il la creuse, la ravine, lui donne des rides comme pour nous inviter à avancer plus loin, à découvrir son épaisseur, son monde intérieur.

 

Créations Figuratives

A l’invitation du Centre Culturel Régional de Dinant, Dimitri Pichelle présentera, dans les salles d'exposition du CCRD, ses dernières réalisations, mais aussi une sélection de créations plastiques issues des différentes thématiques qu’il explore depuis 20 ans. Le parcours sera scindé en deux parties:

- Au rez-de-chaussée seront présentées des réalisations figuratives créées ces quatre dernières années. Cet espace sera principalement constitué d’œuvres tridimensionnelles issues d’une de ses thématiques actuelles, la "geek generation", avec notamment des mises en situations d’icônes de jeux vidéo. Ces sculptures figuratives sont réalisées par assemblage de matériaux divers et variés qui sont par la suite texturés et peints. Dimitri Pichelle y explore des nouveaux champs de création plastique dont les possibilités lui semblent infinies. A ses yeux, chacune de ces œuvres est un nouveau défi qui demande patience, réflexion et méthode. L’artiste accorde énormément d’importance au sens qu’il souhaite leur donner, au message inhérent à chacune de ses réalisations. Elles se doivent de donner à voir, à ressentir et à réfléchir.

 

Bas-reliefs, Totems…

La deuxième partie de l’exposition, présentée au premier étage, comportera des œuvres sur toiles, des bas-reliefs, des totems et des sculptures murales. Des réalisations issues des différentes thématiques explorées au fil de plus de 20 ans de création plastique:

- les fléaux, un thème qui permet à l’artiste de provoquer une prise de conscience du spectateur à propos de sujets de société contemporains tels que la communication, les addictions, les conflits armés,… L'œuvre We Are Right (WAR), au cœur de l'actualité, illustre particulièrement bien cette thématique;

- la protection, un thème qui part de l’idée que l'art protège l'artiste. Ce bouclier est une carapace, une armure nécessaire à son équilibre;

- l’haptique: du grec ἅπτομαι (haptomai) qui signifie "je touche". Il s’agit ici de mettre en scène le spectateur en lui permettant d’interagir avec l’œuvre par le biais du toucher, ce qui n’est pas chose courante dans le milieu des arts. Le contact avec l'œuvre contribue à une meilleure compréhension du langage plastique et de son message inhérent et précise davantage le ressenti émotionnel;

- les bas-reliefs, des créations mises en place par superposition et juxtaposition de séquences. L'utilisation de ces techniques exprime une volonté de l’artiste de pénétrer l'œuvre, de percer ses couches successives. Ces variations de dimensions de séquences apportent une rythmique propre à l’œuvre. Les bas-reliefs constituent une part importante du travail de Dimitri Pichelle. Ils sont largement représentés dans le parcours à travers des œuvres telles que les Kompressors, les Blocks et Solaris, qui rassemblent de façon magistrale l'ensemble des techniques utilisées.

Autant de facettes d’un artiste qui, ces dernières années, s’est également illustré à travers sa participation à deux événements organisés par la Province de Namur. En 2015, dans le cadre de La Meuse en Fête, il a réalisé l’habillage du coq monumental de la Commune d’Hastière. Un Coq à Sang Bleu symbolisant la Meuse, colonne vertébrale de la vallée. En 2016, à l'occasion des 30 ans du décret Namur Capitale, il a créé Le Joyau, une œuvre dynamique, à l’image de ses créations.