Ville de Dinant
Nouveau Décret - Autoévaluation  

 

Au commencement, une évaluation. Même plus: une autoévaluation…

Le nouveau décret des Centres Culturels leur impose la rédaction d’un dossier de reconnaissance sur base d’une autoévaluation approfondie de leur action. L’évaluation est un objectif poursuivi régulièrement par le CCRD: au terme d’une activité en coproduction avec une association, à la fin d’une année pour faire le point sur la saison, le cinéma ou les expositions,… Autant de moments où l’équipe se pose pour évaluer son action et la réajuster au besoin. Sans oublier le rapport d’activités annuel, dans lequel le travail réalisé est analysé à la lumière de critères bien précis. Points d’appui et de résistance, impacts et objectifs escomptés y rythment son contenu avec, en toile de fond, les huit lignes d’horizon du CCRD, colonne vertébrale de son action, constitutives du contrat-programme précédent.

Dans le cadre du décret, l’exercice va plus loin. Il s’agit d’évaluer le chemin parcouru en termes de développement culturel au cours des sept dernières années afin de piloter le projet d’action culturelle, de rendre compte des résultats et impacts obtenus, d’interroger le sens des actions culturelles et d’alimenter l’analyse partagée (qui fera l’objet d’un prochain article).

Connaître son Territoire

Avant toute chose, il y a lieu de connaître l’endroit où l’on vit, où l’on travaille. A partir d’analyses et d’études de différents partenaires (Institut Wallon de l’Evaluation, de la Prospective et de la Statistique (IWEPS), Ville de Dinant, Agence de Développement Local (ADL), Service d'Etude en Géographie Economique Fondamentale et Appliquée (SEGEFA), Fédération Wallonie-Bruxelles, Association du Management de Centre-Ville (AMCV) et Prospect 15etc), un document synthétique a été rédigé, reprenant une série de données chiffrées et thématiques permettant de mieux apprivoiser la commune de Dinant, territoire d’implantation du Centre Culturel. On y parle d’emploi, de population, d’éducation, de géographie, d’environnement. On y aborde également le social, la mobilité, le logement et, bien évidemment, la culture.

Evaluer son Fonctionnement

Le CCRD a saisi l’opportunité du nouveau décret pour mettre en place plusieurs moments d’autoévaluation de son travail grâce à des réunions de réflexion participatives où chacun était invité à s’exprimer. Ainsi, la grande diversité des activités du CCRD a été répartie sur une boussole géante en fonction de la dimension qui les représente le plus. Est-ce une activité qui permet un accès aux œuvres artistiques (démocratisation de la culture) ou bien une expérimentation active d’une forme artistique (démocratie culturelle)? Le public y développe-t-il sa capacité critique? L’activité favorise-t-elle la rencontre et l’action collective? L’exercice a permis d’obtenir une vue d’ensemble du champ d’action culturel dans lequel on se trouve.

Un autre exercice a fait appel aux souvenirs marquants de l’équipe concernant la vie du CCRD. Fiertés et regrets ont ainsi fait l’objet de discussions entre membres du personnel, avec comme objectif d’en ressortir les forces et les faiblesses qui font le Centre Culturel tel qu’il est aujourd’hui.

Au terme de ces différents moments d’évaluation, il s’agira maintenant d’utiliser les informations qui en ressortent d’une manière constructive, afin d’améliorer le fonctionnement du Centre Culturel, mais aussi d’établir les critères d’autoévaluation du prochain contrat-programme. Le travail du Conseil d’Orientation, nouvel organe émanant du décret, pourra être éclairant dans cette tâche. C’est pourquoi l’autoévaluation sera à l’ordre du jour de ses deux prochaines rencontres.