Ville de Dinant
Action Culturelle Générale  

 

Le nouveau décret des centres culturels permet de redéfinir l’enjeu premier d’un centre culturel à travers, tout d’abord, le déploiement d’une Action Culturelle Générale. Cette action est première et conditionnelle à toute autre et doit permettre l’exercice effectif du droit à la culture par les populations.

Dans cette perspective, le centre culturel développe des activités régulières de "service public culturel" au profit des associations et populations: diffusion, éducation permanente, mise à disposition de locaux, de matériel, aides graphique, technique, organisationnelle, promotionnelle,…

A côté de ces missions de "base", le centre culturel doit également déployer un projet d’action culturelle autour d’enjeux de société propres à son territoire d’implantation (autrement dit celui de la commune où il se trouve), et ce à travers une démarche commune à tous les centres culturels, appelée "boucle procédurale".

L’ensemble des éléments de cette Action Culturelle Générale devra être traduit dans un contrat-programme conclu pour une durée de cinq ans.

 

La Boucle Procédurale

La boucle procédurale prévoit la construction d’un projet d’action dans une dynamique bien spécifique et définie dans le temps. En premier lieu, l’analyse partagée du territoire permettra, d’une part, de faire l’état des lieux des activités du centre culturel à travers un processus d’autoévaluation (voir Pas de Conduite 113) et, d’autre part, de faire émerger, en mobilisant les populations et les partenaires, des enjeux de société propres au territoire où se développera l’action culturelle du centre culturel. Une fois ces enjeux définis, l’équipe du centre culturel, accompagnée par le Conseil d’Orientation (cf. infra), choisira, en fonction des compétences et des moyens dont elle dispose, ceux qu’elle développera dans les prochaines années de son contrat-programme. Sur base de ces éléments, le projet d’action culturelle se construit progressivement: les enjeux sélectionnés seront ensuite déclinés en opérations culturelles, autrement dit en exemples concrets d’actions à développer sur le terrain, qui devront, pour finir, permettre d’articuler diverses fonctions culturelles (participation, diffusion, création,…) et diverses disciplines artistiques. L’ensemble de la procédure sera à répéter à la fin des cinq années du contrat-programme en vue d’en écrire le suivant.

En trame de fond de cette boucle procédurale, l’évaluation continue assure la pertinence du projet et garantit la progression de l’exercice effectif du droit à la culture par les populations du territoire.

 

Un Nouvel Organe: le Conseil d’Orientation

A côté du Conseil d’Administration qui s’occupe de la gestion générale du centre culturel, le nouveau décret prévoit la création d’un nouvel organe, le Conseil d’Orientation (CO). Celui-ci a pour rôle d’accompagner méthodologiquement l’équipe du centre culturel dans la construction de son nouveau contrat-programme. Il est constitué de membres du CA et de l’équipe, de citoyens, de représentants d’associations, d’artistes,… De par son expertise collective, il aide à définir les futurs choix et orientations du projet d’action culturelle, et ce tout au long de la boucle procédurale.